L'équipe Artisan d'Asie, continue d'assurer toutes les livraisons à domicile.

0

Votre panier est vide

Wabi sabi : l’art japonais de la perfection et de l’imperfection

Wabi sabi : l’art japonais de la perfection et de l’imperfection

Le wabi sabi, l’art japonais de la perfection et de l’imperfection, est de plus en plus adopté par les Occidentaux. Cette mise en valeur de l’aspect imparfait des choses s’applique à plusieurs domaines. Le concept s’inspire des principes bouddhistes et taoïstes. Voici ce qu’il faut savoir sur le wabi sabi.

wabi sabi

Un concept très ancien

Le wabi sabi, qui est lié autant à l’esthétique qu’à la spiritualité, remonterait à peu près au douzième siècle. Il apparaît aussi dans la littérature japonaise du quinzième siècle. Le wabi fait référence à l’humilité, à la solitude et à la mélancolie, tandis que le sabi évoque l’altération et la décrépitude causées par l’usure du temps. Il s’agit d’un état d’esprit et d’un esthétisme que l’on trouve dans les vieilles pierres du jardin, fait de sable, de rochers et de mousse.

Le wabi sabi est également lié à l’histoire de la cérémonie du thé telle qu’elle est pratiquée au Japon. C’est un maître de la cérémonie du thé, Sen No Rikyu, qui aurait adapté le rituel à la sensibilité japonaise. La légende dit que Rikyu, chargé de nettoyer le jardin d’un maître du thé, aurait fait tomber quelques fleurs de cerisier au sol après avoir tout mis en ordre. Cette touche d’imperfection serait à l’origine du wabi sabi.

Le changement était notable puisque la cérémonie du thé, venue de Chine, était à l’origine fondée sur les objets luxueux. La pratique au Japon a évolué vers l’utilisation d’ustensiles artisanaux conçus de manière plus grossière. Rikyu transforma même le jardin où se déroulait la cérémonie de manière à ce qu’il ressemble à une hutte de paysan.

Le concept est toujours en vigueur aujourd’hui pour les cérémonies du thé traditionnel où des ustensiles imparfaits et réparés sont utilisés dans un décor dénué de superflu. On se sert fréquemment de tasses de thé vieilles de plusieurs décennies, même centenaires. Les ustensiles portent souvent les marques qui témoignent de plusieurs utilisations antérieures.

Les principes ainsi établis cherchent à orienter l’existence de manière à faire apprécier ce qui est imparfait et périssable. La beauté est atteinte à partir de la laideur. L’observation de la nature permet de mettre en valeur les détails négligés.

Plusieurs spécialistes présentent le wabi sabi comme un concept qui met en valeur la singularité plutôt que l’uniformité. Ce concept peut influencer à la fois votre façon d’organiser votre intérieur ainsi que votre manière de vivre. Comme chacun a sa personnalité, chacun a sa façon de traduire le passage du temps dans son existence. Chaque personne porte en elle ce qui lui faut pour la rendre heureuse. Le superflu empêche quant à lui d’atteindre la sérénité.

Le wabi sabi et les arts

Le wabi sabi exerce une forte influence sur l’art japonais. L’aspect éphémère de la beauté est souvent rappelé. Le concept de beauté par l’imperfection fait partie de la culture japonaise. La poésie porte aussi cette culture de l’humilité et de l’imperfection. On la retrouve dans certains haïkus, dont la structure se prête bien à l’expression de la beauté instantanée d’un moment très bref. Le haïku ressemble à un tableau sujet à interprétation.

L’art floral est aussi lié au wabi sabi. On retrouve cet art dans la simplicité d’une fleur installée dans un vase. L’Ikebana, l’art floral, se base sur l’asymétrie. La composition florale cherche à faire ressortir la beauté en éliminant le superflu et en observant la nature. Sur une terre sujette à des éruptions et à des tsunamis, l’importance de saisir l’instant dans sa simplicité revêt une grande importance.

Dans un jardin zen, on peut remarquer cette sensibilité à l’écoulement du temps. La mousse y symbolise le temps qui passe, tout comme les arbustes encore jeunes et les pétales de fleurs. Quant à eux, le sable et les pierres représentent l’aspect immuable des choses.

Les objets réparés

Les objets réparés font partie intégrante du concept de wabi sabi. À partir de la technique de réparation des objets, le kintsugi, de la poudre d’or est appliquée sur les marques et les fissures des ustensiles dont on se sert depuis longtemps. Il s’agit d’une tradition ancienne bien d’actualité en cette époque où le recyclage est à l’honneur. Les ustensiles ne sont pas jetés et ils continuent de servir.

En procédant de la sorte, les artisans s’inspirent du wabi sabi pour faire face au temps qui passe et trouver une fonction à ce qui subit l’usure du temps. Le kintsugi est aussi donné en exemple en médecine lorsqu’il est temps d’illustrer le fonctionnement du corps qui continue de vivre avec toutes les blessures qu’il a subies. Cet art devient alors le symbole de la résilience, représenté par celui qui traverse ses blessures et devient plus fort et plus beau.

La décoration intérieure 

C’est dans la décoration de votre intérieur que l’influence du wabi sabi peut apparaître de la manière la plus concrète. Il s’agit d’organiser la décoration en gardant à l’esprit que l’imperfection et la simplicité peuvent rendre un intérieur réconfortant et paisible. Bien entendu, il ne faut pas comprendre que l’entretien et l’organisation doivent être complètement évacués.

L’important, en appliquant le wabi sabi, est de choisir des formes naturelles et des couleurs simples qui illustrent ce concept. Le bois, la pierre et le verre non traité correspondent à cette philosophie. La décoration peut faire appel à des objets que vous possédez depuis longtemps et qui démontrent certains signes d’usure.

Le wabi sabi pour aider à vivre

Le wabi sabi est un art qui aide à accepter la vie quotidienne. La forme et l’esprit de ce concept sont les deux bases à appliquer dans la vie de tous les jours. La forme représente sa manifestation matérielle, qui se manifeste par les objets et par la façon de les organiser dans notre milieu. L’esprit est lié aux notions philosophiques qu’implique le wabi sabi.

La combinaison de la forme et de l’esprit du wabi sabi permet d’apprendre à accepter la vie avec simplicité et humilité en appréciant la beauté naturelle de ce qui nous entoure. Celui qui applique ce concept arrive à ressentir des joies que le commun des mortels n’arrive pas à percevoir. Ces petites joies sont ressenties devant un paysage ou un objet, ainsi que dans les moments de partage avec des amis ou des proches.

Cet état d’esprit demande que vous prêtiez attention aux détails de tout ce qui vous entoure, qu’il s’agisse des gens ou des objets. Vous commencerez à distinguer les imperfections dans un visage, qui ne sont en réalité que les traces laissées par les événements qui se produisent dans une vie.

La manière de voir telle que prônée par le wabi sabi s’acquiert avec de l’entraînement. Le processus peut être plus long si vous êtes une personne perfectionniste. Vous perdez alors beaucoup d’énergie à tout organiser de manière impeccable et la pression de vos pairs peut vous dévorer alors qu’il est plus simple d’accepter l’imperfection commune à toute chose.

Se tourner vers les autres

Le concept demande que l’on s’exerce à voir la beauté dans ce qui semble rompre l’harmonie. Par exemple, un clou posé de travers témoigne d’un passé et d’une histoire qui peuvent représenter une étape de votre vie. De la même manière, un vieux fauteuil peut être plus réconfortant et confortable qu’un fauteuil neuf.

Il est surtout nécessaire, selon le wabi sabi, d’apprendre à vous contenter de ce que vous avez. Il faut aussi savoir se tourner vers les autres. Pour se concentrer sur l’essentiel et se débarrasser du superflu, faites le tri parmi tout ce que vous possédez. La grande consommation et l’accumulation de biens et d’objets finissent par vous détourner de l’essentiel. Le wabi sabi demande à la fois de mieux organiser l’existence et de cesser de s’encombrer d’objets inutiles.

Avec de l’entraînement, il devient plus facile de se concentrer sur l’essentiel et de créer peu à peu de petits plaisirs qui améliorent l’existence. Vous pouvez tenir un carnet pour vous aider à fixer votre pensée sur les menus bienfaits que chaque jour vous apporte. Il faut aussi vous habituer à pratiquer la gratitude, ce qui permet de remarquer tout ce que la vie peut apporter de positif.

Tout comme il est important d’apprendre à observer votre environnement, vous devez aussi développer le réflexe de vous observer. Si vous vous regardez dans un miroir, vous distinguerez les marques que le temps a laissées sur le visage et qui s’accumulent de plus en plus à mesure que vous vieillissez, qu’il s’agisse de rides ou de cernes. Vous prenez ainsi conscience que, comme tout ce qui vous entoure, il n’y a rien de permanent en vous.

En acceptant les imperfections qui apparaissent avec les années qui passent, vous arriverez à accepter vos imperfections et à y déceler de la beauté. Si vous prenez le temps d’examiner votre visage, vous verrez que ces imperfections sont le témoignage de votre humanité. Votre personnalité peut aussi être regardée à partir du wabi sabi. Il est recommandé de ne pas chercher absolument à corriger ses défauts mais plutôt de se concentrer sur ses qualités.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.