L'équipe Artisan d'Asie, continue d'assurer toutes les livraisons à domicile.

0

Votre panier est vide

10 livres interdits en Asie

10 livres interdits en Asie

Sur tous les continents, des livres et des auteurs sont parfois censurés ou interdits. C’est la même chose en Asie, où certains livres peuvent offenser certains dirigeants ou se montrer en porte-à-faux avec la culture locale. Voici 10 livres interdits en Asie. 

livres interdits en asie

1.      The Collected Works of Zhao Ziyang interdit en Chine       

Zhao Ziyang est un homme politique chinois qui a été notamment Premier ministre puis Secrétaire général du Parti communiste chinois dans les années 80. Il est connu entre autres pour avoir favorisé les politiques de marché et manifesté un penchant pour les démocraties occidentales. L’histoire se rappelle surtout de lui pour son soutien aux étudiants lors des manifestations de la place Tiananmen.

Porté en disgrâce, Zhao Ziyang trouva le moyen d’enregistrer et de laisser par écrit ses réflexions sur la Chine. Le livre Collected Works of Zhao Ziyang circule à l’extérieur de la Chine et même à Hong Kong, mais il est toujours interdit en Chine où les dirigeants n’approuvent pas du tout les analyses de l’ancien membre influent du Parti. Plusieurs livres critiquant le régime chinois actuel sont aussi interdits en Chine.

2.      Little Black Sambointerdit au Japon     

Little Black Sambo, d’Helen Bannerman, a été un grand succès commercial pendant plus d’un demi-siècle. Récemment, le roman a subi des accusations de racisme. Bien que le roman ne viole aucune loi japonaise, les éditeurs ont eux-mêmes choisi de le retirer du marché. Des problèmes de violation du droit d’auteur étaient aussi en cause. La première publication au Japon, dans les années 50, a en effet été effectuée sans licence.

Le livre a longtemps été vendu au Japon sans les illustrations originales de Bannerman, mais contenant plutôt des illustrations d’un autre dessinateur où Sambo est représenté comme un enfant africain plutôt qu’un enfant indien. Des variantes ont été présentées au vingt et unième siècle sans vraiment mettre fin à la controverse.

3.      Better to Stand and Die  interdit au Myanmar

Better to Stand and Diede Chang Lin et Shu Yang, deux auteurs chinois, relate la lutte d’une jeune femme chinoise qui s’est battue pour faire valoir les droits des femmes. Le gouvernement militaire, qui voyait l’œuvre comme subversive, l’a interdit.

4.      Jinnah of Pakistaninterdit au Pakistan

Le livre Jinnah of Pakistan, de Stanley Wolpert, est une biographie d’une figure majeure de la fondation du Pakistan, Muhammed Ali Jinnah. Cette biographie est pourtant considérée comme excellente, mais elle traite de certains aspects de la vie privée de Jinnah qui ont mené les autorités du Pakistan à interdire sa diffusion. Aucun auteur n’avait jusque-là approfondi autant l’histoire et la personnalité complexes de l’homme politique.

Stanley Wolpert a été audacieux en s’attaquant à ce sujet sensible. Il suit la jeunesse de Jinnah du garçon de campagne à l’étudiant en droit à Londres. De retour en Inde, Jinnah gravit rapidement les échelons de la politique pour devenir un acteur majeur au milieu des turbulences qui allaient mener à la partition de l’Inde et à la création du Pakistan. Le livre met l’accent sur les personnalités opposées qu’étaient Gandhi et Jinnah.

5.      Bad Samaritans interdit en Corée du Sud

La Corée du Sud, pourtant considérée comme assez libérale, a interdit Bad Samaritansde Ha-Joon Chang pour les militaires. Il est donc introuvable dans toutes les bases du pays. C’est la Cour constitutionnelle de Corée qui a décrété cette interdiction. L’auteur soutient dans cet essai que le libre-échange et que le capitalisme qui s’étendent au sein des pays en développement sont loin d’être avantageux.

Le ministère de la Défense nationale de Corée du Sud a soutenu que le livre d’Ha-Joon Chang était un vecteur d’idéologie à la fois anti-gouvernementale et anti-américaine. Plusieurs intellectuels, dont le linguistique Noam Chomsky, ont déploré que la Défense nationale essaie de contrôler la pensée des gens.

Même si Chang ne se dit pas anticapitaliste, il souligne dans son livre les maladresses des États-Unis qui essaient d’imposer aux pays émergents des politiques remplies de failles. Il dresse même en conclusion un portrait fictif d’un Brésil futur détruit par sa foi envers les politiques néolibérales.

6.      Le meurtrier à la tête remplie de pusinterdit au Vietnam

Malgré l’importance de la littérature au Vietnam, les auteurs sont confrontés à un régime qui s’inspire du modèle chinois en ce qui concerne la circulation des idées. C’est dans ce contexte que le livre Le meurtrier à la tête remplie de pus,de Nguyen Thanh Phong, a été interdit par le régime. L’œuvre semble pourtant inoffensive puisqu’il ne s’agit que d’un recueil de formules en argot vietnamien. Plusieurs dessins sont inclus dans le livre, dont un a semblé offensant aux autorités.

Le dessin incriminant représente deux soldats se passant une grenade avec le pied à la manière des joueurs de football. Sous le dessin, la légende dit : « Un soldat doit toujours se faire remarquer. » Le régime a jugé que le dessinet la légende étaient offensants pour l’armée, alors que l’auteur opinait qu’il s’agissait seulement d’une blague amusante.

La controverse a néanmoins représenté une formidable publicité pour le livre, qui est devenu très recherché. Il est même épuisé. Il est maintenant possible d’en obtenir une version sur Internet.

7.      The Devil’s Discussinterdit en Thaïlande

Le livre The Devil’s Discuss, de Rayne Kruger, qui se base sur l’histoire de la Thaïlande, a été interdit par les autorités de ce pays. Le livre de Kruger présente une analyse fouillée des événements entourant la mort du roi du Siam, Ananda Mahidol, en 1946. Les lois relatives à la famille royale sont très strictes et traiter de ce sujet est extrêmement périlleux.

La partie relatant la mort du roi est particulièrement controversée. Le roi a été abattu d’un coup de fusil dans des circonstances qui restent mystérieuses. Les personnes de l’entourage de Mahidol sont présentées comme des suspects qui font l’objet d’une enquête. Kruger relate aussi le procès des trois fonctionnaires accusés puis exécutés pour ce meurtre.

L’auteur soutient pour sa part que la conclusion la plus logique est que le roi s’est suicidé. Celui-ci aurait entretenu une relation amoureuse avec une collègue lorsqu’il étudiait en Suisse, relation qu’il n’aurait pu prolonger à cause de sa condition. D’autres personnes ont affirmé pour leur part que le roi avait probablement été abattu par accident par son frère cadet Bhumipol.

Le livre a été publié en 1964. Il a aussitôt été interdit en Thaïlande et son auteur a été interdit de séjour. L’œuvre a circulé clandestinement pendant quelques décennies.

8.      Five Cities that Ruled the Worldinterdit en Indonésie  

Le livre Five Cities that Ruled the World, écrit par le théologien Douglas Wilson, est interdit en Indonésie. Il y relate les moments importants des villes les plus influentes de l’histoire des civilisations, soit Jérusalem, Athènes, Londres, Rome et New York. Toutes ces villes ont dicté la marche du monde à différentes époques.

Les autorités indonésiennes ont jugé certains passages du livre blasphématoires. Des grandes chaînes de librairies ont même brûlé tous leurs exemplaires de l’œuvre qui raconte l’essor et le déclin de ces cinq villes importantes. Wilson traite des personnalités et des structures de pouvoir à l’intérieur de ces cités.

Douglas Wilson est reconnu pour ses idées conservatrices et n’en était pas à ses premières controverses. En plus de défendre l’éducation classique chrétienne, il a déjà été contesté pour son point de vue sur l’esclavage dans le sud des États-Unis dans le livre Southern Slavery, as it was.

9.      Les versets sataniques interdit dans plusieurs pays asiatiques  

Les versets sataniquesde Salman Rushdie, qui a valu une fatwa à son auteur, a été interdit dans plusieurs pays asiatiques comme le Pakistan, le Bangladesh, la Malaisie et l’Indonésie. Il a aussi été interdit en Inde, patrie de Salman Rushdie.

Le roman très complexe et fantaisiste suit la trajectoire de deux immigrants déchirés entre leur culture d’origine et leur nouvelle culture. Certains chapitres racontent les rêves et les hallucinations d’un acteur de cinéma indien. Ses hallucinations lui montrent parfois les pressions subies par un prophète monothéiste ainsi qu’un imam qui rentre chez lui après une révolution, prêt à dévorer son peuple. L’allusion à l’Iran serait le véritable motif de la fatwa lancée par l’ayatollah Khomeini.

Le titre fait référence à un épisode de la vie de Mahomet où le prophète explique les contradictions de certains de ses messages en arguant que Satan s’était présenté à lui sous l’aspect de l’ange Gabriel et lui avait dicté les faux versets, qui demandaient entre autres d’accepter d’autres dieux.

10.  La Bibleinterdite en Corée du Nord

Il est très dangereux de posséder une Bible en Corée du Nord. Les croyants l’enterrent profondément ou la cachent soigneusement pour éviter les travaux forcés. Les chrétiens attendent la tombée de la nuit pour la lire. La Corée du Nord est considérée comme le pays où les chrétiens sont les plus persécutés.

Le régime a bâti un culte presque divin à l’endroit de son dirigeant et il est donc interdit de vouer un culte à une autre personnalité. Le prosélytisme est aussi interdit et châtié.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.